Confiné·e·s avec Arnaud Saint-Martin

[VEILLE #26] RÉFORME DES RETRAITES FLAMBÉE ?

Ah ce qu’il paraît loin le temps où il nous a fallu marcher contre la casse des retraites ! C’était l’hiver dernier, la France était à un nouveau point de rupture, les cortèges étaient bondés, serrés, enthousiastes. L’inventivité de la lutte était à la mesure de l’enjeu. Les nerfs étaient à vif, tout comme la volonté de ne pas nous laisser manger nos conquis sociaux. (Lire la suite)

[VEILLE #25] L’APRÈS DES COMMUNS.
Les dimanches de confinement ressemblent aux lundis qui ressemblent aux jeudis qui ressemblent aux mardis qui ressemblent aux vendredis qui rappellent le samedi. Décidément, le temps se dilue dans une drôle de torpeur à mesure que nous progressons. (Lire la suite)

[VEILLE #24] À BÂTONS ROMPUS.
L’exercice est convenu qui consiste, pour les grands de ce monde, à laisser filtrer les pensées qui les agitent et parfois les tourmentent, à l’occasion d’interviews réalisées par des journalistes de confiance et, c’est documenté, de connivence. C’est, pour ces derniers, un exercice recherché car tout le monde n’est pas admis dans les salons discrets du pouvoir, à commencer par ceux du Palais. (Lire la suite)

[VEILLE #23] BIENVENUE DANS L’ÈRE DES SYNDÉMIES.

Les scientifiques consulté·e·s par les médias sont très souvent déprimant·e·s. Leur avis n’est guère rassurant lorsque, par exemple, elles et ils soulignent que la crise sanitaire que nous subissons à l’échelle de la planète est une épreuve extraordinaire, mais qui pourrait se banaliser à l’avenir. (Lire la suite)

[VEILLE #22] L’E-MEDIA ET LE MOYEN TERME.
La pandémie et le choix gouvernemental du confinement nous amènent à une confrontation avec un bombardement d’informations principalement dématérialisées, puisque le support papier est lui-même soumis à la possibilité, hors abonnement, de sortir pour se le procurer. Restent la télévision, les versions numériques de la presse et les réseaux sociaux. (Lire la suite)

[VEILLE #21] ALORS, ON DECONFINE QUAND ?
Lundi et les jours qui ont précédé, c’était un objet de spéculation inévitable et largement indécidable. Inévitable, parce que le confinement comment à devenir long ; indécidable, parce que tout le monde était suspendu à LA décision de celui qui a mandat pour décider à la place des autres, de nous. (Lire la suite)

[VEILLE #20] AYEZ CONFIANCE ! OU PLUS.
Alors, convaincu·e·s par le discours du chef de guerre d’hier soir ? Rassuré·e·s par ces grandes orientations dont les collaborateurs de la start-up France sont chargés de mettre en application les « modalités » ? Passons sur l’exégèse de telle ou telle mesure esquissée, et surtout sur la guimauve de l’appel à l’unité dans l’effort de « guerre » : pour ce qui nous concerne, nous consterne aussi, c’est non. (Lire la suite)

[VEILLE #19] ALLOCATION D’ALLOCUTION PRÉSIDENTIELLE. Ce soir, le Président de la République doit parler. À nous toutes et tous. À 20h02, juste après les applaudissements rituels et légitimes pour encourager les personnels soignants en première ligne. Cette parole du chef de l’État, chacun est censé l’attendre et l’entendre. C’est une parole qui ferait la différence parce qu’elle vient d’en haut. (Lire la suite)

Fermer le menu